Chez Tebinfea

mercredi 17 mai 2017



 Une nouvelle étude menée sur la momie du pharaon Ramsès III révèle de nouveaux détails sur l'affaire de la mort du pharaon Ramsès III assassiné il y a plus de 3000 ans. Grâce aux progrès de la science et des technologies, il est désormais possible d'enquêter sur des décès historiques remontant à plusieurs milliers d'années. C'est le cas du pharaon Ramsès III dont la mort, survenue en 1155 av. J.-C, aurait été particulièrement violente à en croire les résultat de cette nouvelle étude. Le dernier grand souverain du Nouvel Empire a régné durant plus de trente ans avant d'être assassiné. Il était déjà âgé au moment de sa mort et les égyptologues s'accordent à dire qu'il a été victime d'une redoutable conspiration alimentée par plusieurs membre de son harem. Un complot meurtrier A l'origine du conflit : sa troisième épouse Tiyi. Selon les faits rapportés sur les papyrus judiciaires de Turin, en Italie, cette dernière souhaitait voir sur le trône Pentaour, son fils et second enfant du pharaon. Cependant, seul Ramsès IV, héritier légitime du roi, pouvait à cette époque prétendre au pouvoir. Le complot visait donc à éliminer Ramsès III avant d'empêcher que son successeur, alors âgé de 45 ans, ne prenne sa place. Toutefois, Pentaour n'a jamais eu l'occasion de régner. La conspiration a en effet été découverte et les personnes impliquées jugées et condamnées à mort. Le fils illégitime a ainsi été autorisé à se suicider par empoisonnement. Quant à Ramsès III, les archives le désignent comme un "grand dieu", ce qui signifie que le souverain était déjà mort au moment du procès. Durant longtemps, les archéologues se sont demandés comment celui-ci était passé de la vie au trépas. Ce n'est qu'en 2012 que le mystère vieux de plus de 3000 ans a été finalement révélé. Une mort particulièrement violente L'étude tomographique de la momie du pharaon, menée par des archéologues, a en effet mise en évidence une entaille sous le larynx, laissant à penser que ce dernier aurait été égorgé. Affaire classée ? Pas vraiment. Quatre ans plus tard, la même équipe a tenu à se repencher sur l'affaire afin d'identifier de nouveaux éléments permettant de retracer la scène du crime. Encore une fois, la momie de Ramsès III a été soumise à une analyse scanner. Selon les résultats de cette étude, le souverain a été confronté à une attaque simultanée de plusieurs meurtriers armés de barres de fer, poignards, couteaux et même d'une hache. La victime n'a pas seulement été égorgée par ses assaillants mais aussi frappée dans le dos, au visage. Un de ses orteils a même été coupé. Si ces blessures ont échappé auparavant aux analyses, c'est avant tout parce qu'elles ont été soigneusement dissimulées par les embaumeurs égyptiens qui ont pratiqué diverses interventions chirurgicales sur le corps afin d'améliorer son apparence pour son passage dans l'au-delà. Ils ont même fabriqué une prothèse de fortune pour son orteil à l'aide de lin et de résine.

Aucun commentaire: